Relaxation

L’EMDR, une thérapie pour soigner les traumatismes

Noëmie Perez est psychologue thérapeute EMDR certifiée (Niveau 2). L’EMDR est recommandée pour de nombreuses pathologies, particulièrement lorsqu’elles renvoient à un traumatisme dans la vie du patient, mais pas exclusivement.

Qu’est-ce que l’EMDR ?

EMDR signifie Eye Movement Desensitization and Reprocessing, que l’on peut traduire par « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires ». Comme son nom l’indique, l’EMDR consiste avant tout à stimuler les yeux du patient car les mouvements oculaires sont directement reliés au fonctionnement du cerveau. Par exemple, si une personne regarde sur le côté, vers le haut ou a le regard fixe, on sait intuitivement si on a son attention ou non.

Cette stimulation pratiquée en EMDR active un processus neurologique qui permet de traiter des troubles psychologiques très divers. Plusieurs centaines d’études scientifiques ont prouvé l’efficacité de cette technique. De grandes institutions lui ont donné un avis favorable : depuis 2013, l’OMS recommande l’EMDR dans la lutte contre les symptômes post-traumatiques.

Cette thérapie a été mise au point aux États-Unis dans les années 1980 d’abord pour soigner les séquelles psychologiques engendrées par des épisodes traumatiques graves. Par la suite, la pratique de l’EMDR s’est étendue à d’autres problématiques telles que les changements violents d’humeur, l’angoisse, la dépression. Ces troubles émotionnels peuvent d’ailleurs être liés à des traumatismes de moindre importance qui ont été enfouis ou refoulés. Parce qu’elle s’avère particulièrement répandue, la problématique du traumatisme est un axe de travail privilégié de la psychologue Noëmie Perez.

Quand le cerveau ne « digère » pas…

La violence d’un traumatisme, sa répétition ou non, le contexte qui l’entoure ou encore notre histoire familiale participent à déterminer notre capacité à « digérer » les évènements violents. Après une agression, un accident, un viol, un attentat, une situation de harcèlement, un décès, le cerveau va tenter d’assimiler l’information sans que cela soit toujours possible. C’est pourquoi nous sommes sujets à « bloquer » sur certains épisodes de nos vies.

Cela peut alors se traduire par des dysfonctionnements psychiques très différents et de gravité variable tels que des pensées intrusives, cauchemars, somatisations, addictions, phobies. Ces symptômes sont autant de preuves d’un ou de plusieurs évènements qui n’ont pas été assimilés par notre cerveau. L’EMDR permet à ce dernier de dépasser l’état de choc et de libérer le patient des troubles liés à sa mémoire tourmentée.

L’EMDR pour guérir de ses traumatismes

L’EMDR sollicite principalement les mouvements oculaires mais peut aussi faire appel à d’autres capacités sensorielles. Le principe reste toujours le même : stimuler les sens en alternant entre les côtés droit et gauche. Ainsi, le psychologue accroche le regard du patient en faisant bouger ses doigts (ou un objet), qui passent successivement devant chaque œil. Le thérapeute peut également faire écouter des sons à l’oreille, ou stimuler le patient par le toucher, par des vibrations ou tapotements sur chaque genou.

Cette méthode s’avère bénéfique dans le traitement de nombreux troubles psychiques car elle encourage le cerveau à répondre aux sollicitations extérieures en toute fluidité et sans blocage. Contrairement à l’hypnose, le patient reste à l’état de conscience tout le long de la séance d’EMDR. En réagissant aux stimulations sensorielles et notamment oculaires, il reçoit naturellement les informations, mouvements, bruits et odeurs émises autour de lui. Ce processus permet ainsi de désensibiliser l’évènement traumatique. Le souvenir ne ravive plus de douleur intense ou de peur.

Comment se déroule une séance EMDR

Entre chaque série de stimulations pratiquées, le patient est invité à s’exprimer spontanément sur un épisode traumatique identifié dans les premiers temps de la thérapie. Il s’agit d’évacuer tout ce qui est associé à ce souvenir, en particulier les émotions, sensations corporelles, images et pensées. Au fil des séances, le patient se détache de ses émotions négatives. Il est en mesure de porter un regard apaisé sur son vécu, qui n’est plus source d’angoisse.

Une thérapie proche de l’EMDR : L’IMO

L’IMO, ou Intégration par les mouvements oculaires, est une méthode thérapeutique proche de l’EMDR pour laquelle Noëmie Perez est également certifiée (Niveau 2). L’IMO est aussi recommandée en cas de troubles post-traumatiques, d’épisodes dépressifs, d’angoisse ou encore de burnout. Contrairement à l’EMDR, ici le patient choisit le rythme des mouvements exécutés par le thérapeute.